Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: fides

fides,¹ 1 fĭdēs, ĕī, f. (fido), 1 foi, confiance : fidem magnam, parvam, majorem, maximam habere alicui ou alicui rei, avoir une grande, une petite, une plus grande, la plus grande confiance en qqn, en qqch. : Cic. Off. 2, 33 ; Fam. 5, 20, 2 ; Rep. 2, 18, etc. ; alicui summam omnium rerum fidem habere Cæs. G. 1, 19, 3, avoir en qqn la plus haute confiance pour toutes choses, cf. Cic. Verr. 2, 2, 131 ; fidem adjungere, tribuere Cic. Div. 2, 113 ; Sulla 10, ajouter foi ; fidem facere [habere Cic. Fam. 6, 6, 7] Cic. Br. 142, inspirer confiance ; fidei causa Sall. J. 85, 29, pour inspirer confiance ; (ei) aliquamdiu fides fieri non poterat Cæs. C. 2, 37, 1, pendant un assez long temps il ne pouvait se décider à croire ; res quæ ad fidem faciendam valent Cic. de Or. 2, 121, les ressorts qui servent à emporter l'adhésion (persuader) ; fidem facere alicujus rei, faire croire à qqch. : Sen. Ira 1, 20, 7 ; (alicui) fidem facere av. prop. inf., faire croire (à qqn) que : Cic. Q. 2, 5, 3 ; Cæs. G. 6, 41, 2 ; Liv. 25, 8, 6 ; vix fides fit av. prop. inf. Liv. 30, 28, 5, on a peine à croire que ; his miraculis fides Liv. 26, 19, 8, la croyance à ces miracles ; alicui abrogare fidem jurisjurandi Cic. Com. 44, enlever la confiance dans le serment de qqn, cf. Cic. Ac. 2, 36 ; imminuere orationis fidem Cic. de Or. 2, 156, affaiblir la (confiance dans un discours) force persuasive d'un discours 2 [en part.] crédit : fides concidit Cic. Pomp. 19 ; sublata est Cic. Agr. 2, 8, le crédit est tombé, a disparu, cf. Cic. Cat. 2, 10 ; Cæs. C. 3, 1, 2 ; fidem revocare Cic. Marc. 23, ramener le crédit : res fidesque Sall. J. 73, 6, les biens et le crédit || [fig.] confiance : segetis certa fides Hor. O. 3, 16, 30, confiance assurée dans la récolte d'un champ 3 ce qui produit la confiance, bonne foi, loyauté, droiture, conscience : fides, id est dictorum conventorumque constantia et veritas Cic. Off. 1, 23, la bonne foi, c.-à-d. la fidélité et la franchise dans les paroles et les conventions ; hinc fides, illinc fraudatio Cic. Cat. 2, 25, d'un côté la loyauté, de l'autre la fourberie ; fides erga populum Romanum Cæs. G. 5, 54, 4, fidélité envers le peuple romain ; fidem præstare Cic. Top. 42, observer la bonne foi ; mea fides perspecta est Cic. Verr. 2, 5, 177, ma droiture s'est montrée pleinement ; qqf. fidem habere, avoir de la droiture, cf. Cic. Att. 4, 5, 1 ; Sen. Ep. 81, 12 || [droit] ex bona fide, ex fide bona Cic. Top. 66 ; Off. 3, 61 ; 3, 70, etc., en toute bonne foi, consciencieusement ; optima fide Cic. Amer. 144, avec une parfaite bonne foi ; fides mala Cic. Nat. 3, 74, mauvaise foi ; [dans dialogue] dic bona fide Pl. Aul. 772, dis-moi, en conscience, sincèrement, cf. Pl. Capt. 890 ; Truc. 586 || [en parl. de choses] vérité, authenticité, sincérité : tabularum fides Cic. Arch. 9, authenticité, autorité des registres, cf. Cic. Fl. 21 ; Ac. 2, 58 ; fides reconciliatæ gratiæ Cic. Mil. 21, sincérité d'une réconciliation || [poét.] réalité, réalisation : vota fides sequitur Ov. M. 8, 711, leurs vœux sont exaucés, cf. M. 3, 527 ; 7, 323 4 promesse, assurance, parole donnée : fidem hosti datam fallere Cic. Off. 1, 39, trahir la parole donnée à l'ennemi ; si fides Saturnino data est, eam C.  Marius dedit idemque violavit, si in fide non stetit Cic. Rab. perd. 28, si une assurance (sauvegarde) a été donnée à Saturninus, c'est Marius qui l'a donnée, et c'est lui aussi qui l'a violée, s'il n'a pas tenu parole ; suam fidem in rem interponere Cæs. G. 5, 36, 2, engager sa parole pour garantir une chose ; fide indutiarum interposita Liv. 42, 43, 4, sur la foi de l'armistice ; de aliqua re fidem servare Cæs. G. 6, 36, 1, tenir sa parole relativement à qqch. ; fidem publicam tueri Liv. 29, 1, 17, observer les engagements de l'État, la parole de l'État ; fide alicujus pecuniam sumere Cic. Fl. 47, emprunter sur la parole (la caution) de qqn ; libera fide Liv. 30, 4, 10, la parole étant dégagée ; fide data fore ut... Sall. J. 61, 5, engagement étant pris qu'il arriverait que... ; fidem suam liberare Cic. Fl. 47 ; exsolvere Liv. 3, 19, 1 ; 22, 23, 8, remplir ses engagements ; velim fidem meam liberes Cic. Fam. 12, 7, 2, je voudrais que tu acquittes ma promesse ; suam fidem alicui præstare Cic. Att. 5, 21, 11, tenir parole à qqn, cf. Div. 2, 79 || sauvegarde : fidem publicam alicui dare Cic. Cat. 3, 8, donner à qqn une sauvegarde officielle [promesse d'impunité, de vie sauve], cf. Sall. C. 47, 1 ; 48, 4 ; J. 32, 1 ; 35, 7 || [en part.] fidélité envers son général, respect du serment militaire : Cæs. C. 1, 84, 3 ; Liv. 30, 35, 7, etc. 5 protection, patronage, assistance : in fide alicujus esse Cic. Fam. 13, 65, 2, être sous la protection de qqn ; in fidem et clientelam alicujus se conferre Cic. Amer. 106, se placer sous la protection et le patronage de qqn ; in fidem ac potestatem alicujus venire Cæs. G. 2, 13, 2, se mettre sous la protection et le pouvoir de qqn ; in fidem recipere Cæs. G. 2, 15, 1, prendre sous sa protection ; fidem alicujus sequi Cæs. G. 4, 21, 8 ; 5, 20, 1, se mettre sous la protection de qqn || [formules] : fidem vestram obtestatur, judices Cic. Mur. 86, il implore votre assistance, juges ; deum atque hominum fidem implorabis Cic. Verr. 2, 1, 25, tu imploreras l'appui des dieux et des hommes, tu les prendras à témoin ; di vostram fidem ! Pl. Capt. 418, les dieux m'en soient témoins ! pro deum (deorum) atque hominum fidem, j'en atteste les dieux et les hommes, au nom des dieux et des hommes ; v. pro 2. → gén. fidēi avec e long, Lucr. 5, 102 ; gén. et dat. arch. fidē Pl. Amph. 391 ; Ter. Haut. 1002 ; Hor. O. 3, 7, 4 ; S. 1, 3, 95 ; gén. fidi CIL 2, 5042.