Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: anceps

anceps anceps, cĭpĭtis (amb, caput), 1 à deux têtes : (Janus) ancipite imagine Ov. F. 1, 95, (Janus) à la double face 2 qui a double front (double face), double : securis anceps Pl. Men. 858, cf. Ov. M. 8, 397, hache à double tranchant || ancipiti contentione districti Cic. Pomp. 9, partagés dans une double lutte ; ancipiti prœlio Cæs. G. 1, 26, 1, dans un combat sur un double front, cf. 7, 76, 6 ; C. 3, 63, 3 ; anceps terror intra extraque munitiones Cæs. C. 3, 72, 2, terreur double, au dedans et au dehors des fortifications ; cum anceps hostis et a fronte et a tergo urgeret Liv. 6, 33, 12 comme de part et d'autre, et devant et derrière, l'ennemi faisait pression || bestiæ quasi ancipites Cic. Nat. 1, 103, des animaux en quelque sorte à double nature [amphibies]; (elephanti) ancipites ad ictum Liv. 30, 33, 15, (les éléphants) exposés doublement aux coups [sur leurs deux flancs] 3 incertain, douteux : prœlii certamen anceps Cic. Rep. 2, 23, lutte douteuse au cours d'une bataille ; ancipiti pugna Liv. 8, 38, 10 ; ancipiti prœlio Liv. 7, 25, 4 ; ancipiti Marte Liv. 7, 29, 2, dans un combat douteux || animus anceps inter... Liv. 1, 28, 9, esprit hésitant (partagé) entre 4 douteux, ambigu, équivoque : in ancipiti causa Cic. de Or. 2, 186, dans une cause douteuse [où les sentiments des juges sont incertains entre les deux parties]; anceps responsum Liv. 8, 2, 12 ; oraculum Liv. 9, 3, 8, réponse équivoque, oracle ambigu 5 incertain, dangereux : Cic. Or. 98 ; Off. 1, 83 ; oppugnatio Liv. 6, 22, 3, siège incertain (dangereux) ; Galbæ vox, ipsi anceps Tac. H. 1, 5, ce mot de Galba, dangereux pour lui-même || [n. pris substt au sing. et au pl.], situation critique, danger : in ancipiti esse Tac. Ann. 1, 36 ; in anceps tractus Tac. Ann. 4, 73, être en danger, mis en péril ; inter ancipitia Tac. G. 14 ; H. 3, 40 ; Ann. 11, 26, parmi les dangers, dans les moments hasardeux || [avec inf.] : quia revocare aut vi retinere eos anceps erat Liv. 21, 23, 5, parce qu'il était dangereux de les rappeler ou de les maintenir par force.