Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: robur

robur rōbŭr (rōbŏr Lucr. 2, 1131), ōris, n., 1 rouvre [sorte de chêne très dur] : Plin. 16, 19 ; 16, 28, etc. || [poét.] l'olivier : Virg. En. 12, 783 2 bois de chêne chêne : Cæs. G. 3, 13, 3 ; Cic. Ac. 2, 101 ; Div. 2, 85 ; Hor. O. 1, 3, 9 || objets en chêne : [banc] in robore accumbere Cic. Mur. 74, s'asseoir sur le chêne, à même le chêne [pour manger] ; [lance] Virg. En. 10, 479 ; [bois de la charrue] Virg. G. 1, 162 || cachot d'une prison : Liv. 38, 59, 10 ; Tac. Ann. 4, 29 ; cf. P. Fest. 264, 12 || instrument de torture : Lucr. 3, 1017 3 [fig.] a) dureté, solidité, force de résistance : [du fer] Lucr. 2, 449 ; Virg. En. 7, 610 ; [de la pierre] Lucr. 1, 882 ; [des navires] Liv. 37, 30, 2 ; [d'une personne] Cic. Amer. 149 ; Cæl. 73 ; b) force, résistance, vigueur [au moral] : Cic. Off. 1, 14 ; de Or. 2, 343 ; Mil. 101 ; Mur. 58 ; Liv. 24, 26, 11 ; quid roboris hujus petitioni attulerunt ? Cic. Planc. 21, quelle force n'apportèrent-ils pas à sa candidature ! oratorium robur Quint. 10, 5, 4, la vigueur oratoire ; c) [la partie la plus solide d'une chose] cœur, noyau, élite : versari in optimorum civium vel flore vel robore Cic. Or. 34, vivre au milieu d'une élite aussi brillante que solide, formée des meilleurs citoyens ; robur legionum Liv. 28, 22, 13, l'élite constituée par les légions ; quod fuit roboris Cæs. C. 3, 87, ce qu'il y avait de plus solide [dans l'armée], l'élite, [cf. quod roboris in exercitu erat Liv. 30, 20, 5] ; C. Flavius Pusio, Cn. Titinnius, C. Mæcenas, illa robora populi Romani Cic. Clu. 163, C. Flavius Pusio, etc., cette élite du peuple romain ; hæc sunt nostra robora Cic. Att. 6, 5, 3, voilà le noyau de mes troupes ; robora virorum Liv. 21, 54, 3, l'élite des guerriers || coloniam virium et opum validam robur ac sedem bello legere Tac. H. 2, 19, choisir comme point d'appui solide et comme base pour la guerre une colonie forte et riche ; d) robus Col. Rust. 2, 6, 1, sorte de blé d'élite [lourd et brillant]. → forme arch. robus Cato Agr. 17, 1 ; Col. Rust. 2, 6, 1 || robor est attesté par les gramm.: Char. 30, 5 ; 43, 31, etc.; Ps. Prisc. Accent. 24.