Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: silentium

silentium sĭlentĭum, ĭī, n. (sileo), 1 silence : ceteris silentium fuit Cic. de Or. 3, 143, les autres firent silence ; silentium facere Liv. 2, 45, faire faire silence ; fit a præcone silentium Sen. Rhet. Contr. 9, 2, 10, le héraut fait faire silence, cf. Ov. Tr. 2, 1, 28 ; silentium fieri jubere Cic. Div. 1, 59, commander le silence ; significare Cic. Br. 290, donner le signal du silence ; de Partho silentium est Cic. Att. 5, 16, 4, sur les Parthes, silence = on ne dit rien des Parthes ; a silentio vindicare Cic. de Or. 2, 7, arracher au silence, à l'obscurité, à l'oubli || abl. silentio, en silence : Cæs. G. 7, 11, 7 ; 7, 28, 6, etc. ; Cic. Prov. 29 ; Phil. 7, 8, etc. ; præterire silentio aliquid Cic. Sulla 62, passer sous silence qqch., cf. Cic. Part. 82 || silentio noctis Cæs. G. 7, 36, 7, dans le silence de la nuit, cf. Cæs. G. 7, 26, 2 || [poét. plur.] silentia noctis Lucr. 4, 461, le silence de la nuit, cf. Virg. En. 10, 63 ; Ov. M. 1, 232, etc. 2 [l. augurale] absence de toute défectuosité dans la prise des auspices : Cic. Div. 2, 71, cf. Fest. 348, 29 3 [fig.] silence, repos, inaction, oisiveté : silentium judiciorum Cic. Pis. 32, le silence des tribunaux || silentio vitam transire Sall. C. 1, 1, traverser la vie en silence, sans faire parler de soi, sans rien faire.