Close Window

Gaffiot, Dictionnaire latin-français (2016, ex 1934), merci à G. Gréco, M. De Wilde, B. Maréchal, K. Ôkubo!: bonum

bonum bŏnum, ī, n. (n. de bonus pris substt, v. bona), [en gén.] bien : summum bonum Cic. de Or. 1, 222, le souverain bien ; quia, nisi quod honestum est, nullum est aliud bonum Cic. Fin. 5, 79, parce qu'il n'y a pas d'autre bien que l'honnête ; Curtium castigasse ferunt dubitantes, an ullum magis Romanum bonum quam arma virtusque esset Liv. 7, 6, 3, Curtius, dit-on, leur reprocha de se demander (dans le doute), s'il n'y avait pas quelque bien plus romain que les armes et le courage (= de n'avoir pas l'assurance que le bien des Romains par excellence, c'était les armes et le courage) ; non tantum bonum non sunt divitiæ, sed malum sunt Sen. Ep. 87, 29, non seulement les richesses ne sont pas un bien, mais elles sont un mal || bonum est valere Cic. Fin. 4, 62, c'est un bien que la santé || utemur bono litterarum Cic. Fam. 15, 14, 3, nous userons de l'avantage qu'offre la correspondance || bonum publicum, le bien public, le bien de l'État : Sall. C. 38, 3 ; J. 25, 3 ; Liv. 9, 38, 11 ; 28, 41, 1, etc. || boni aliquid adtulimus juventuti Cic. Br. 123, j'ai apporté quelques avantages (j'ai rendu qq. service) à la jeunesse || hoc vitium huic uni in bonum convertebat Cic. Br. 141, ce défaut pour lui seul devenait un avantage (une qualité) ; in bonum vertere Cæs. C. 3, 73, 6, tourner à bien, cf. Liv. 2, 31, 6 ; 10, 49, 7 ; 42, 20, 4 || res alicui bono est Liv. 7, 12, 4, une chose est avantageuse pour qqn ; iis patrem occidi bono fuit Cic. Amer. 13, ils ont profité du meurtre du père ; [d'où l'expr. jurid.] cui bono fuit ? Cic. Mil. 32, etc., à qui le crime a-t-il profité ?